Une histoire inspirante

Dans la vie, il yRiche et Heureux a des livres qui nous arrivent comme par enchantement. Ce fût le cas pour le livre Riche et Heureux qui me fût donné lors d’une rencontre des Bontés divines. Un généreux donateur avec la collaboration de l’édition Le Dauphin Blanc ont remis un de ces livres à chaque personne présente.

Je ne l’ai pas tout de suite lu mais il était sur ma table de nuit prêt à être dévoré. Ce livre coécrit par John P. Strelecky (Le Why Café) et Tim Brownson donne des conseils et des exercices pour vivre Riche et Heureux.

Pour ceux qui sont des adeptes de ce genre de livre, vous trouverez peut-être qu’il n’y a pas grand-chose de nouveau mais… comme il nous faut, nous les humains, 6 à 7 fois avant d’avoir compris une chose, alors je vous dis que c’est un très bon livre.

Au chapitre 17, les auteurs nous parlent de l’histoire vraie de Teddy (nom fictif). J’avais le goût de vous la partager car je suis convaincue qu’elle pourra aider quelqu’un. Vous la trouverez peut-être un peu longue, mais prenez le temps et vous ne serez pas déçu.

« L’entraîneur de l’équipe de football de Georgetown, Lou Little, se tenait sur la ligne de côté, secouant la tête en signe de découragement alors qu’il regardait ses joueurs s’entraîner. C’était un lundi matin, et pour tout dire, plusieurs des joueurs menaient les choses un peu trop à la légère. Le coach siffla et invita tous les joueurs au centre du terrain pour leur signifier son mécontentement.

Après quelques mots sur l’engagement et le désir de réussir, il se tourna et pointa un jeune homme qui se tenait un peu à l’écart des autres : « Prenez exemple sur Teddy, dit-il. Il fait partie de notre équipe depuis quatre ans et il n’a jamais joué un seul essai. Pourtant, il est le premier arrivé aux entraînements et le dernier à quitter le terrain. Ses résultats scolaires sont très bons, il travaille durant ses temps libres et il ne se plaint jamais s’il ne commence pas une partie. C’est cette attitude que j’attends de vous, les gars. »

Georgetown avait eu, cette année-là, les meilleurs résultats au football de toute l’histoire de l’université. L’équipe s’était qualifiée pour la partie ultime, celle qui couronnerait les champions de la saison. Cette partie allait être la plus importante de toute l’histoire de l’école et l’excitation était à son comble.

Quelques jours avant la partie, soit ce lundi-là, le coach Little reçut la triste nouvelle que le père de Teddy était décédé et il devait l’annoncer à Teddy.

Après l’entraînement, le coach s’approcha de Teddy et lui annonça le décès de son père et la tenue du service funèbre le samedi suivant, soit le jour de la partie décisive. Teddy avisa son coach qu’il devait aller aux funérailles de son père et s’excusa de devoir rater la partie de championnat. Le coach lui accorda évidemment cette permission et lui dit du coup que, s’il pouvait faire quoi que ce soit, Teddy ne devait pas hésiter à lui demander.

Le matin de la partie décisive, le coach revoyait ses stratégies dans son bureau lorsque Teddy fit irruption :

« Teddy? Que fais-tu ici? Je te croyais aux funérailles de ton père! C’était bien aujourd’hui, non?

-        Oui, coach, mais j’ai ressenti que me place était ici. Cette équipe a été ma famille au cours des quatre dernières années et je sais que mon père aurait voulu que je sois ici.

-        Eh bien, d’accord, si tu es sûr de ta décision. Évidemment, je suis heureux de t’avoir avec nous.

-        Coach, est-ce que je peux vous demander une faveur?

-        Certainement.

-        Coach, je veux commencer la partie aujourd’hui.

-        Hum! Je sais que je t’ai dit que si tu avais besoin de quoi que ce soit de me le demander, mais cela, je n’en suis pas sûr… C’est la plus importante partie de toute l’histoire de notre école.

-        Si vous me faites jouer, coach, je vous promets qu’à la première erreur, au premier ballon échappé, j’accepterai d’être retiré du terrain. »

Le coach resta hésitant, mais dans les yeux de Teddy, il pouvait voir que le jeune homme ne le laisserait pas tomber :

-« Eh bien, je crois que je peux t’insérer dans la formation de départ, mais une erreur et je te retire du terrain, d’accord?

- C’est d’accord, coach. »

Teddy partit, laissant le coach un peu médusé.

Teddy ne laissa pas tomber le coach Little. Ce jour-là, celui que l’on n’utilisait jamais réussit quinze plaquages et participa à onze autres, il causa une perte de ballon chez l’adversaire en plus de recouvrer une échappée et d’intercepter une passe, ce qui mena directement son équipe à inscrire le touché victorieux. Ce jour-là, Georgetown remporta le championnat de l’État. Teddy fut nommé le joueur de la partie. Ce jour-là, il offrit une performance dont les gens parlent encore soixante-dix ans plus tard.

Après la partie, le coach courut sur le terrain et enlaça Teddy : « Teddy, tu as été extraordinaire. Je ne savais pas que tu avais un tel potentiel en toi. Où as-tu été puiser une telle énergie? »

Teddy regarda le coach avec des larmes aux yeux. « Coach, avez-vous déjà rencontré mon père?

-        Non, jamais. Je vous ai vu parfois marcher autour du terrain bras dessus, bras dessous et je regrette de ne pas avoir pris le temps de saluer ton père.

-        Mon père était aveugle, coach. Aujourd’hui, c’était la première fois qu’il pouvait me voir jouer au football. »

Wow! La morale de cette histoire, eh bien, lorsque vous savez ce que vous voulez et que vous avez la volonté de l’accomplir, une motivation et un éveil naissent en vous… et… de grands miracles peuvent se produire.

Alors voilà une des raisons pourquoi ce livre est un très bon livre.

Ce contenu a été publié dans Confiance, Rêve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>